Suites aux élections législatives

Publié le par Kuzul Sevenadurel Breizh

Le Conseil Culturel de Bretagne remercie  les 135 candidats aux élections législatives en Bretagne qui ont accepté de prendre position sur les cinq objectifs qui leur étaient proposés :

  • réunification administrative de la Bretagne à cinq départements,
  • un service public breton de radio et de télévision,
  • la pérennité et le développement des filières d'enseignement bilingue (en particulier par immersion) et l'enseignement de la culture,
  • le transfert de compétences et de moyens à la région pour les langues et la culture,
  • la ratification de la Charte européenne des langues régionales et leur reconnaissance par la constitution.

Sur les cinq départements 50% des élus (18 sur 36) ont répondu:

A ce jour, Le Conseil Culturel a reçu avec satisfaction un soutien complet ou sur l'essentiel de :

  • 100% des 5 députés des côtes d'Armor (4 PS : Danielle Bousquet, Jean Gaubert, Marie-Renée Oget, Corinne Erhel et un UMP : Marc Le Fur),
  • 5 dans le Finistère ( 3 UMP : Christian Ménard, Jacques Le Guen et  Marguerite Lamour et 2 PS : Marylise Lebranchu et Gilbert Le Bris), 3 dans le Morbihan (3 UMP : François Goulard, Michel Grall et Jacques Le Nay),
  • 2  en Ille-et-Vilaine (un UMP : René Couanau et un PS : Jean-Michel Boucheron),
  • et un en Loire-Atlantique (Philippe Boennec, UMP).
Nul doute que d'autres, bien que n’ayant pas répondu à notre questionnaire, partagent ces positions.
Confiant dans ces engagements, le Conseil Culturel de Bretagne en appelle à une mobilisation des élus bretons pour faire évoluer la République française, à l'instar des démocraties européennes et conformément aux principes universels reconnus à l'échelle internationale, d'un système autoritaire napoléonien 
  • vers  une véritable démocratie territoriale 
  • et vers une vraie reconnaissance de la diversité des langues et des cultures.
Il est urgent de réformer en profondeur un système qui, sous couvert d'unité et d’égalitarisme, contribue  à la dégradation du tissu social des régions, à l'accroissement des inégalités et à la faillite, en concentrant  la richesse et les pouvoirs à Paris, capitale qui regroupe la totalité des ministères, 75% des journalistes, 90% des sièges sociaux des grands groupes, 96% des transactions boursières et où sont nés plus de 90% des diplômés de l'ENA qui nous dirigent.

Il est urgent d’apporter des réponses à l’avenir social de nos langues et cultures régionales, en conformité avec la Convention sur la Diversité Culturelle  soutenue et signée par la France.

Les élus,  quelle que soit leur tendance, et sur ces sujets qui devraient dépasser les clivages politiciens, ont une responsabilité déterminante  pour l'avenir de la Bretagne.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article